Ondes électromagnétiques

21 janvier 2010

Lu aujourd’hui dans 20 minutes, un entretien avec Chantal Jouanno, chef de file UMP à Paris pour les élections régionales :

Je veux créer des « ambulances vertes », des conseillers en environnement intérieur qui se déplaceraient chez les particuliers pour les conseiller. Lorsque vous avez un enfant allergique ou que vous êtes sensible aux ondes électromagnétiques, par exemple.

Ah oui. Un élu qui nous parle de ça. Alors rappelons deux faits en ce qui concerne la sensibilité aux ondes électromagnétiques.

  1. Les symptômes (nausées, maux de têtes, etc) sont attestés comme réels. Ce n’est pas inventé : les gens les ressentent vraiment, et c’est pénible.
  2. Aucune personne se prétendant sensible aux ondes électromagnétiques n’a jamais pu détecter à l’aveugle si un appareil ou une antenne était en train d’émettre des ondes ou pas. Malgré études, tests médicaux, et tout : personne, jamais.

Comme le rappelle Wikipedia, “L’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère qu’il n’y a pas d’éléments scientifiques qui permettraient d’appuyer l’affirmation que la sensibilité électromagnétique soit réellement causée par les champs électromagnétiques, et non par des troubles psychologiques.”

À rapporter à cette histoire récente : les habitants d’une ville d’Afrique du Sud se plaignant d’une grande antenne à côté de chez eux (migraines, exéma, troubles digestif et du sommeil), qui ont demandé à ce qu’on en interrompe le fonctionnement. Surprise : l’antenne était déjà coupée depuis six semaines.

Je ne dis pas qu’on ne prouvera jamais que certaines personnes sont réellement sensibles aux ondes — juste, pour l’instant, on n’en a trouvé aucune. Et je veux bien qu’on parle des symptômes, qui sont réels. Mais simplement, on ne peut pas continuer à parler de “personnes sensibles aux champs électromagnétiques” à tort et à travers, et prétendre résoudre le problème en coupant ou en éloignant les antennes. Le problème n’est manifestement pas les ondes en elles-même.

Discussion, liens, et tweets

J’écris des sites web, des logiciels, des applications mobiles. Vous me trouverez essentiellement sur ce blog, mais aussi sur Mastodon, Twitter, parmi les Codeurs en Liberté, ou en haut d’une colline du nord-est de Paris.